Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Alchemical Healing

La conscience ne passe pas par l'intention

24 Avril 2010 , Rédigé par Annarcenciel

"Avoir "l'intention de..." est une façon d'entretenir un programme puisque nous n'interprétons le futur qu'en fonction de ce que nous connaissons : le passé.

 

Ce volontarisme nous poursuit tout au long de notre chemin dans tous les domaines de l'existence et ce jusque dans notre quête de la conscience.

 

Nous voulons comprendre, nous voulons accepter, nous voulons être conscients et tant que nous restons dans cette volonté, nous nous ancrons dans la pensée, dans la culpabilité, dans la séparation, ce qui, précisément, nous coupe de la conscience !

 

Tout objectif est le reflet du passé et il est impossible d'avancer en regardant constamment dans un rétroviseur...

 

Le grain de blé n'a aucunement l'intention de devenir un épi de blé, il n'a même pas "l'idée de l'épi" : il ne le connaît pas. Il laisse simplement toutes les énergies de la vie passer à travers lui et c'est elle qui le transforme en épi de blé en déployant sa structure fondamentale.

 

Aller de l'avant signifie accepter d'être déséquilibré - c'est le principe même de la marche- et, comme le poisson ou l'électron, oser prendre le risque du mouvement dans l'inconnu. Mais nous, humains, avons à le faire consciemment...sans nous focaliser sur les résultats de notre action.

 

En effet, un de nos grands handicaps est, qu'agissant toujours avec un objectif défini, nous nous identifions au résultat de nos actes, en projections dans le futur alors que la seule action réelle que nous ayons est de faire ce que nous pouvons faire, au mieux, dans le présent.

 

"Nous avons droit à l'action, pas au fruit de l'action " (Arnaud Desjardins).

 

 

En d'autres termes, agissons comme nous sentons juste de le faire tout en faisant confiance à la vie quant au résultat de nos actes : il ne nous appartient pas.

 

Avoir confiance en la vie signifie avoir la certitude absolue que si nous metton en place une action juste, la situation qui en résultera sera également juste...même si ce n'est pas celle que nous avions en tête.

 

(...)

 

Une des plus belles leçons de spiritualité dont je me souvienne m'a été donnée par un parfait inconnu dans un reportage à la télévision.

 

Cette émission relatait une éruption de l'Etna, il y a une quinzaine d'années.

 

Des coulées de lave passaient entre les habitations ou même sur elles et le reporter filmait un vieux paysan qui réparait un mur de pierres sèches autour de sa maison.

 

Le journaliste lui a alors demandé s'il était vraiment utile de faire cela quand cette maison risquait d'être emportée dans la nuit suivante.

 

Avec une force extraordinaire dans le regard, le vieil homme lui a répondu : "ça, monsieur, je ne sais pas, mais aujourd'hui, moi, j'ai ça à faire..."

 

Agir dans le présent nous permet de sortir de "l'illusion de l'urgence".

 

Lorsque nous mettons une intention dans nos actions, nous entretenons une urgence par notre volonté d'atteindre absolument l'objectif que nous nous sommes fixé.

 

La guérison, sur tous les plans, n'est ni dans l'intention ni dans l'urgence.

 

Encore une fois, le pardon comme l'acceptation, ne peuvent être le résultat de la volonté. Ce sont des "états" que nous expérimentons parce qu'à un moment nous vivons en paix une situation qui jusqu'alors nous perturbait.

 

L'espoir est, lui aussi, un piège qui nous coupe du présent puisqu'il nous entretient dans l'idée du futur. Cela nous maintient dans la séparation et la dualité.

 

En fait, il n'y a pas plus morbide que l'espoir, c'est un obstacle permanent à la conscience !

 

Ne soyez pas dans l'espoir, soyez dans la certitude !

 

L'empreinte de naissance,

Jean Philippe Brébion

 


Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :